future gare de Rennes eurorennes


Beaucoup de chantiers à Rennes. Pas seulement en ce moment. Mais quand même, entre le metro, le palais des congrès, le chantier eurorennes autour de la nouvelle gare et de nombreux immeubles neufs de ci de là, les grues sont innombrables à l’horizon. Les déviations au sol aussi. J’avoue que je trouve ces chantiers passionnants à regarder, et à dessiner. Je crois que dès l’enfance j’étais fasciné par le chantier en tant qu’instant de l’incréé. Et depuis quelques années je me suis mis à dessiner des croquis de chantier. Sans doute aussi le fait d’avoir rencontré d’autres personnes qui s’y intéressaient, notamment dans le cadre de “Rennes chantier d’art” (Françoise, Anne Françoise, Sophie et Vera) m’ a stimulé. En montrant mes dessins de ci-delà j’ai fini par rencontrer quelqu’un qui m’a dit que ça pouvait intéresser Rennes Metropole pour communiquer autour des chantiers et donner une image plus tendre d’une situation parfois pesante pour les riverains et usagers. J’ai profité de l’occasion pour aller dessiner sur le chantier de la gare, et à un moment, l’équipe de Territoire, agence de Rennes metropole qui s’occupe entre autres du chantier eurorennes m’a demandé si je voulais bien réaliser des vues de la future gare, avec mon style, et racontant une petite histoire. Ces illustrations sont parues dans le journal eurorennes le mag.

Un an a passé depuis cet article et le chantier a bien avancé. Entre temps un autre article est paru sur le site de Rennes Métropole : http://www.eurorennes.fr/actualites/temps-fort-travaux/item/les-croquis-urbain-d-etiou

Je continue à dessiner de temps en temps quand je trouve un nouveau point de vue, ou que ce paysage urbain évolue au rythme des travaux. La forme apparaît. L’emprise au sol d’abord. L’élévation des premiers murs donne une idée du volume. Ces bâtiments ont une forme difficile à appréhender au premier regard. Mais cette complexité est intéressante, de nouvelles perspectives. L’entremêlement des grues, grilles, poteaux, câbles, tas de matériaux, escaliers provisoires, rambardes de sécurité et autres éléments du chantier constitue une autre difficulté pour le dessin. Mais aussi un élément poétique fort : pointes de couleur souvent vive dans un univers autrement très minéral. J’ai depuis développé un peu la pratique d’observer et dessiner sur le motif d’autres chantiers. C’est le streetart vu du côté des décideurs économiques et politiques, l’aménagement urbain. Art auquel les pauvres peintres et autres âmes sensibles ne peuvent répondre que bien modestement par quelques lignes d’encre ou de couleur, ou par choix d’user ou pas des équipements selon la notice.

Voici les dessins du chantier de la gare et du quartier eurorennes et les vues imaginaires composées au printemps 2017.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *